IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Mise à l’arrêt technique de ENIEM : Des centaines de travailleurs marchent à Tizi Ouzou
Publié le : 01 Décembre, 2020 - 17:40 Temps de Lecture 2 minute(s) 373 Vue(s) Commentaire(s)

Mise à l’arrêt technique de ENIEM : Des centaines de travailleurs marchent à Tizi Ouzou

IMG

L’arrêt technique de l’entreprise implique la mise en chômage de ses 1700 travailleurs.

Plusieurs centaines de travailleurs de l’entreprise nationale des industries électroménagers (ENIEM), située dans la zone industrielle de Oued Aissi, à Tizi Ouzou, ont marché ce mardi 1 décembre 2020 vers le siège de la wilaya, pour contester la décision de la direction générale de «mettre en arrêt technique, l’entreprise pendant 30 jours» à partir d’aujourd’hui, et ce, en raison des difficultés financières ainsi que de la rupture de stock en kits CKD et son corollaire, permettant la poursuite de la production. Aussi, l’arrêt technique de l’entreprise implique la mise en chômage de ses 1700 travailleurs.

Selon Djilali Mouazer, directeur général de l’ENIEM, la décision de mettre à l’arrêt l’entreprise est motivée par «une rupture de stock de matière première au niveau de l’ensemble des ateliers», a-t-il déclaré à l’agence officielle. Et d’enchaîner : «la situation est également due au fait que les banques refusent de leur octroyer des crédits pour l’approvisionnement en matière première». Aussi, ajoutera-t-il que «la direction de l’entreprise se réunira à la fin de cette période de 30 et décidera de la suite à donner selon l’évolution de la situation».

Par ailleurs, les travailleurs qui avaient observé un sit-in de protestation à l’annonce de cette décision, hier, réclament «la démission du directeur et la réintégration de leurs collègues licenciés dont des membres de la désormais ex-section syndicale».

Une situation qui nous rappelle tristement ce qui s’est passé, il y a quelques jours, avec les 320 travailleurs du groupement Daewoo à Médéa qui se sont retrouvés en chômage technique à cause de leur activité syndicale ou encore les 196 travailleurs de Numilog, filiale du groupe Cevital à Béjaïa, «arbitrairement licenciés, pour avoir contesté la décision de la direction de l’entreprise de mettre à la porte trois de leurs collègues syndicalistes».

Laissez un commentaire