IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Neuf manifestants des quatorze, arrêtés lors de la dernière marche à Alger, présentés ce matin...
Publié le : 03 Novembre, 2019 - 14:40 Temps de Lecture 2 minute(s) 1037 Vue(s) Commentaire(s)

Neuf manifestants des quatorze, arrêtés lors de la dernière marche à Alger, présentés ce matin devant le procureur de Sidi M’hamed

IMG

Arrêtés lors de la marche du dernier vendredi à Alger, qui a coïncidé avec le 65ème anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale, neuf manifestants ont été présentés ce matin devant le procureur du tribunal de Sidi M’hamed.

Connu pour son engagement dans la révolution populaire à Alger et son dévouement pour la cause des détenus d’opinion, Raouf Raïs, l’un des précurseurs de l’opération «je suis un élément du Hirak», lancée sur les réseaux sociaux pour répondre au discours de Bensalah tenu devant Poutine, fait partie des arrêtés. Lui, qui ne rate jamais les rassemblements de soutien au détenus devant le tribunal de Sidi M’hamed, en fait désormais partie.

Placé en garde à vue, en compagnie de plusieurs manifestants, au commissariat de Cavaignac pendant toute la durée du week-end, Raouf Raïs connaîtra son sort dans quelques heures. «Il y a neuf manifestants présentés ici à Sidi M’hamed pour port du drapeau Amazigh mais il y a d’autres qui l’ont été ce matin aussi devant les procureurs de Bir Mourad Raïs, d’El Harrach et de Dar El Beida. Ces derniers ne vont pas tarder à rendre leurs décisions», confie Me Yamine Allili, du barreau de Tiz Ouzou, l’une des avocates des détenus.

Et d’ajouter : «Il y a trois scénarios possibles. Les procureurs vont décider de leur présentation pour être jugés aujourd’hui, de leur libération ou du transférer de leurs dossiers devant les juges instructions. Je ne souhaite pas la troisième option car le tribunal de Sidi M’hamed est connu pour l’envoi en prison de tous les manifestants jugés, ici, pour port du drapeau Amazigh.»

Alors que des manifestants, arrêtés lors du 36ème vendredi et placés en garde à vue au commissariat de Cavaignac, ont été libérés quatre jours plus tard pour absence des magistrats, ce ne sera pas le cas, malheureusement, des manifestants arrêtés cette fois-ci.

Selon les avocats, des magistrats assurent le service minimum au niveau du tribunal de Sidi M’hamed. Ce sont ces derniers qui ont pris en charge le dossier de ces manifestants durant la grève illimitée de leurs collègues, décidée il y a plus d’une semaine. La décision des procureurs sera connue dans la journée.

Explications de Me Yamina Allili, après sa sortie du tribunal de Sidi M'hamed

Laissez un commentaire