IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Notre journaliste, Merzoug Touati, ainsi que Yanis Adjlia et Amar Beri présentés aujourd’hui de...
Publié le : 13 Juin, 2020 - 13:40 Temps de Lecture 2 minute(s) 869 Vue(s) Commentaire(s)

Notre journaliste, Merzoug Touati, ainsi que Yanis Adjlia et Amar Beri présentés aujourd’hui devant le procureur de la République

IMG

Ils ont été interpellés, hier, dans la ville de Béjaïa, Merzoug Touati, journaliste pour l’Avant-Garde Algérie, ainsi que les deux militants, Yanis Adjlia et Amar Beri, ont été placés en garde à vue au commissariat central de Béjaïa, interrogés toute la nuit d’hier et présentés ce matin, vers 11h30, devant le procureur de la République près le tribunal de Béjaïa.

La police a empêché la famille de Merzoug, dont sa mère, de le voir au commissariat. Elle n’a même pas informé cette dernière de ce qu’il attendait, notamment pour sa présentation devant le procureur de la République.

Pour rappel, Merzoug Touati a été interpellé hier, vers midi, avant même qu’il parvienne à la maison de la culture, Taos Amirocuhe, où un rassemblement de soutien aux détenus politiques et d’opinion était prévu. Il était en route pour une couverture journalistique dont il a été privé. Amar Beri, activiste de Béjaïa, a été, lui, interpellé durant le rassemblement avorté par les forces de l’ordre, dépêchés pour empêcher l’action militante. Quant à Yanis Adjlia, il a été traqué le soir par des véhicules civiles et intercepté dans un barrage de la police et conduit au même commissariat.

Il est clair que le pouvoir, à travers ses relais à Béjaïa, tente d’empêcher tout renouement avec le Hirak, notamment de Béjaïa, considérée comme le poumon et le berceau de la révolution populaire du 22 février. Yanis est considéré comme l’un des animateurs les plus redoutés par le pouvoir dans cette région. Quant à Merzoug Touati, présent dans toutes les actions et les manifestations, il faut dire qu’il a accompli un magnifique travail médiatique avec ses couvertures exemplaires de toute la révolution populaire. Le pouvoir pense détenir l’aile de la mobilisation et celle de médiatisation à Béjaïa !

104018746_933005607142787_9168587037562093913_n.jpgRassemblement devant le tribunal de Béjaïa avec la participation de la mère de Merzoug Touati

Mais si il a décidé de les présenter aujourd’hui, c’est pour éviter certainement de le faire demain, dimanche, jour durant lequel il peut avoir une mobilisation populaire pour exiger leur libération. La manière de faire nous laisse penser que le pouvoir veut absolument les mettre sous mandat de dépôt. C’est ce que pense et sa famille, et les quelques militants qui sont sur place ou encore les avocats qui se dépêchent vers le tribunal de Béjaïa. Mais ce sera encore plus compliqué pour Merzoug Touati, qui est encore sous sursis depuis sa dernière libération au début de 2019.

Un rassemblement de quelques personnes dont sa mère a été tenu devant le tribunal avant que la police ne les disperse et interdit tout regroupement devant ce dernier. Certains se sont fait embarqués directement par la police dont le militant Rafik Amzal.

L’Avant-Garde Algérie dénonce cette énième tentative de faire taire la presse libre. Il exige la libération immédiate de son journaliste, Merzoug Touati, et appelle au respect des libertés dans toutes ses formes.

Liberté pour les détenus politiques et d’opinion. Liberté pour Merzoug Taouti

Laissez un commentaire