IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Poursuivi dans l’affaire de Mme Maya : L’ancien patron des renseignements, Bachir Tartag, placé...
Publié le : 29 Décembre, 2020 - 13:45 Temps de Lecture 2 minute(s) 1309 Vue(s) Commentaire(s)

Poursuivi dans l’affaire de Mme Maya : L’ancien patron des renseignements, Bachir Tartag, placé sous mandat de dépôt

IMG

Condamné, le 10 février dernier, en appel, à 15 ans de prison ferme pour «complot contre l’armée et l’État», l’ancien patron des renseignements, Bachir Athmane Tartag, vient à nouveau d’être «placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal militaire de Blida», dans le sillage d’une autre affaire, à savoir celle de «Mme Maya»* et El Wafi Ould Abbas, fils de l’ex-secrétaire général du parti FLN, Djamel Ould Abbas, rapporte El Watan dans son édition de ce mardi, 29 décembre 2020.

Selon le même quotidien, une enquête a été ouverte par le tribunal militaire de Blida dans le sillage de l’affaire de Mme Maya et El Wafi Ould Abbas, fils de l’ancien secrétaire du parti du FLN, Djamel Ould Abbas concernant «les conditions dans lesquelles les fonds récupérés lors des perquisitions opérées par les éléments de ses services au domicile de Mme Maya, à Moretti, et à celui d’El Wafi, à Club des Pins, ont été pris en charge», explique El Watan. Et d’ajouter que «l’ancien général major est accusé de ne pas avoir respecté la procédure.»

Pour rappel, le 26 décembre dernier, lors du procès en appel de «Mme Maya», de son vrai nom Zoulikha- Chafika Nachinache, le procureur de la République près la cour de Tipaza, a requis la peine de «quinze ans de prison ferme» contre celle qui se faisait passer pour «la fille cachée» de l’ancien président déchu Abdelaziz Bouteflika.

Le parquet a, par ailleurs, requis «dix ans de prison» contre ses deux filles Iman et Farah. En première instance, elle avait été condamnée, le 14 octobre, à «douze ans de prison ferme, une amende de six millions de Da et la saisie de tous ses biens», pour les accusations de «blanchiment d’argent, trafic d’influence, dilapidation de deniers publics et transfert illicite de devises vers l’étranger». Ses filles avaient été condamnées à « cinq ans de prison».

Laissez un commentaire