IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Prés de deux ans après la mort tragique du général Djamel Amroun, la cause du décès demeure une...
Publié le : 21 Juillet, 2021 - 12:00 Temps de Lecture 4 minute(s) 1519 Vue(s) Commentaire(s)

Prés de deux ans après la mort tragique du général Djamel Amroun, la cause du décès demeure une énigme !

IMG

Le 12 Septembre 2019, le journal francophone El Watan annonce :  «Le général Djamel Amroun a été retrouvé mort, dans la matinée d’hier, dans son bureau, à l’établissement d’habillement et de couchage, situé à Kharouba (Alger), relevant de l’ANP. L’annonce du décès du directeur général des Dotations et habillements au sein de l’ANP, non confirmée de source officielle, a été alimentée par de nombreuses thèses.»

Plusieurs versions couraient à propos du décès du général Djamel Amroun, directeur général des Dotations et habillements au sein de l’Armée Nationale Populaire (ANP), survenu le 11 septembre dans son bureau. Selon les informations que nous avons concocté: «le Général Djamel Amroun natif de la commune de Beni Douala, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a été retrouvé mort dans son bureau, la nuit du 11 septembre 2019, et non le matin, des suites d’une crise cardiaque», selon la thèse officielle. Sa famille a été mise au courant le matin du 12 Septembre. 

Grand sportif, non fumeur et non adepte de l’alcool, il est difficile de croire à cette thèse. Rappelé en Algérie en 2017, le général Djamel Amroun allait être promu par le Général-major Ahmed Gaïd Salah.  Fils d’un Moudjahid ayant servit durant la guerre de libération, le Général Djamel Amroun fait partie de la génération des militaires ayant été formés en URSS durant la période 1982/1988. Il maîtrisait plusieurs langues étrangères et était l’un des premiers à s’intéresser à la fabrication de la TNT et missiles anti-char.  Il s’est rendu en Grande Bretagne dans le cadre d’une thèse sur l’industrie militaire en habillement, où il est resté durant Quatre années au sein de la maison Haute couture BENETTON.  Il décroche ensuite un poste au ministère des affaires étrangères et puis nommé en 2012, attaché militaire d’embrassade en Allemagne durant cinq années. Durant son séjour en Allemagne, Il a négocié le contrat avec la maison Volkswagen en 2016 au profit de l’armée Algérienne. La même maison quitte le territoire Algérien en Octobre 2019, soit un mois après la mort suspecte du Général Djamel Amroun qui a été rappelé par le Général-major Ahmed Gaïd Salah en novembre 2017 au moment où ce dernier a rappelé tous les Colonels mis à la retraite. 

Dans la nuit du 11 septembre 2019, qui coïncidait avec le jour de Achoura, le Général Djamel Amroun se trouvait à son bureau vers 22H où il s’est connecté depuis son ordinateur puis s’est déconnecté pour se reconnecter.  Étant un jour férié, il s’est rendu le matin à son bureau pour préparer une réunion du MDN qui a été reportée la veille. On ne connaît pas les circonstances de son décès mais ce qui est sûr, «c’est qu’un hématome post-mortem au niveau de la trempe gauche dû à un choc était visible à l’œil nu avant son enterrement dans son village natal de Taguemounte-azzouz dans la wilaya de Tizi-Ouzou».  Sa famille ayant refusé qu’il soit enterré au cimetière Al Alia, la dépouille du défunt a été rapatriée le13 septembre auprès de sa famille. 

Le site d’information Algérie-Part va jusqu’à annoncer que le défunt général baignait dans une marre de sang, quand il a été découvert dans son bureau de l’unité qu’il commandait à Kharouba, une commune de la wilaya de Boumerdès. 

Si le défunt était victime d’arrêt cardiaque, à qui appartenait ce sang ?  Le 6 novembre 2019, un communiqué du ministère de la Défense National (MDN) annonce: «Deux terroristes, en possession de deux pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, ont été abattus par un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP) à Damous, dans la wilaya de Tipasa».  La dite opération en question se serait déroulée dans la localité de Djebel El Riacha, commune de Damous, wilaya de Tipasa (1ère Région militaire).  Selon des habitants de cette même localité, «aucune opération n’a été observée durant cette période et certains ont même posté des vidéos sur les réseaux sociaux pour démentir l’information !»

Dans le cadre de nos recherches, les deux terroristes présumés «pourraient bien être en fait deux militaires impliqués dans l’assassinat du Général Djamel Amroun». Selon certaines sources, «le Général Djamel Amroun se serait défendu et aurait tiré sur deux militaires le soir même de son décès suspect».  Une enquête a été ouverte par les services concernés pour déterminer les circonstances de son décès, qui stipule que «la victime aurait succombé à une crise cardiaque»

Près de deux ans après sa disparition, des zones d’ombres entourent encore cette affaire qui précède une autre affaire aussi énigmatique, en l’occurrence le décès suspect du chef d'État-Major au sein de l'Armée nationale populaire depuis 2004, Ahmed Gaïd Salah. Dans la mesure où des interrogations subsistent  encore, à qui aurait profité ces deux disparitions ? Et pourquoi est-ce qu’une enquête approfondie n’a jamais été déclenchée ?

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.