IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Procès des militants du MAK : Me Kader Houali dénonce la cabale judiciaire et la répression pol...
Publié le : 05 Octobre, 2020 - 22:30 Temps de Lecture 2 minute(s) 629 Vue(s) Commentaire(s)

Procès des militants du MAK : Me Kader Houali dénonce la cabale judiciaire et la répression policière

IMG

Dans une publication diffusée sur sa page Facebook, l’avocat et défenseur des droits humains, Me Kader Houali dénonce avec «fermeté» ce qu’il a qualifié d’«excès de zèle injustifié de la police envers des militants venus apporter leur soutien à quatre de leurs camarades de lutte dont l’audition par le juge d’instruction près le tribunal d’Akbou ( wilaya de Bejaia), devait se tenir, ce lundi 5 octobre 2020».

Il a par ailleurs, pointé du doigt une «solidarité sélective», de certains hirakistes. «Ce matin, quatre militants étaient convoqués à comparaître devant le juge d'instruction près le tribunal d'Akbou en tant qu’accusés. Je les ai assisté devant le même juge qui a décidé du renvoi du dossier pour qu’ils soient convoqués à une date ultérieure», indique-t-il. Et de poursuivre : «au moment du déroulement de l'instruction, plusieurs militants venus observer un rassemblement de soutien devant le tribunal à leurs camarades, étaient arrêtés et malmenés par les services de sécurité. Un jeune de 18 ans a été embarqué, tabassé et jeté sur le bord du chemin de fer. Les traces de l’agression sont bien visibles sur son corps.»

Pour Kader Houali, il s’agit d’un «excès de zèle injustifié de la part des policiers qui jouissent de l’impunité totale, sachant que cet incident n’est pas nouveau. Beaucoup de militants étaient tabassés dans les commissariats sans que les auteurs de ces dépassements ne soient jugés». «Un énième dérapage que je tiens à dénoncer avec la plus grande fermeté, prenant l’opinion à témoin quant aux conséquences de ces provocations récurrentes dans une région qui subit depuis quelques temps la fureur d’un régime en quête de légitimité et qui tente d’imposer la logique de la terreur avec la stratégie du tout répressif», s’insurge-t-il.

L’avocat a, par ailleurs, dressé un sévère réquisitoire contre les médias qui sont restés «silencieux», face à «cette énième atteinte contre des militants pacifiques». «Où sont passés les journalistes qui couvraient les autres procès dans d'autres cas similaires ? Où sont les militants des droits de l'Homme qui nous chantent à longueur de journée les valeurs de l’humanisme?», s’interroge-t-il. Et d’enchaîner: «quand il s’agit des militants ou des sympathisants du MAK, tout le monde se couche, c’est comme si ces derniers sont des citoyens de seconde zone».

Selon lui, «cette solidarité sélective et partial témoigne de l’absence de maturité chez ces soit- disant ‘’Hirakistes’’ ayant découvert le militantisme le 22 février 2019». Enfin, il réitère son «engagement pour la défense des opprimés qu’elles qu’en soient les circonstances».

Laissez un commentaire