IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Rabah Kareche obtient le prix Nadjiba Hamrouni de la déontologie journalistique 2022
Publié le : 29 Mai, 2022 - 11:20 Temps de Lecture 2 minute(s) 341 Vue(s) Commentaire(s)

Rabah Kareche obtient le prix Nadjiba Hamrouni de la déontologie journalistique 2022

IMG

Le journaliste Rabah Kareche et ancien détenu d’opinion, a obtenu le prix Maghrebin Nadjiba Hamrouni de la déontologie journalistique 2022.

Cette distinction lui a été décernée par l’association Vigilance pour la Démocratie et l’État civique qui a estimé que Rabah Kareche est « l’un des meilleurs correspondants de la presse locale algérienne, qui a couvert de nombreux événements de manière professionnelle » . « Son travail refléte un grand engagement envers les règles et l’éthique de la profession de journaliste, sert l’intérêt public », ajoute l’association.

Pour Rabah Kareche, remporter un prix international est « une victoire pour la presse algérienne, car je ne suis qu’un maillon des sacrifices des journalistes pour la parole de vérité et pour que la presse soit libre et démocratique ».

Dans une déclaration accordée à nos confrères de Radio-M, le journaliste estime, par ailleurs, que ce prix est « une réhabilitation surtout après avoir été arbitrairement emprisonné pour [ses] écrits. »

En 2021, le journaliste-correspondant du journal francophone Liberté à Tamanrasset, avait en effet été arrêté et emprisonné pendant plus de six mois, pour un article de presse sur le découpage administratif qui, soulignons-le, avait finalement été abandonné.

« Le journaliste a interviewé un notable et ex-député de la région dans le cadre du nouveau découpage administratif...Il y a eu effectivement des communes qui ont rejeté ce découpage et Karèche n’a fait que rapporter l’information, et envoyé ses articles à son journal Liberté. Ce dernier a publié les deux articles les 17 et 18 avril 2021, et c’est le journal qui a titré les articles également. Les gens qui ont été interviewés par Kareche ont été auditionnés par le juge d'instruction du tribunal de la même wilaya et ils ont confirmé que le journaliste a rapporté fidèlement leurs déclarations », avait- expliqué alors, un membre du Collectif de défense.

Cela n’a cependant pas empéché le fait que Rabah Kareche ait passé six mois derrière les barreaux, avant d’être libéré le 19 octobre 2021 à la faveur d’un verdict rendu par la cour d’appel de Tamanrasset.

En première instance, il avait été condamné à un an de prison ferme pour « création d'un compte électronique consacré à la diffusion d'informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société », « diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d'attenter à l'ordre public » et « usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l'unité nationale ».

Laissez un commentaire