IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Radio nationale, liberté de culte et pouvoir autoritaire: médiocrité et décadence
Publié le : 14 Octobre, 2021 - 20:34 Temps de Lecture 2 minute(s) 539 Vue(s) Commentaire(s)

Radio nationale, liberté de culte et pouvoir autoritaire: médiocrité et décadence

IMG

Le directeur de la radio locale Cirta FM de Constantine, a été démis de ses fonctions ainsi qu'une animatrice, il y a quelques jours, par leur tutelle. Deux autres employés à savoir le réalisateur de l'émission, un technicien ont, quant à eux, été différés devant le conseil de discipline. La raison: la diffusion d'une chanson de l'artiste libanaise Faïrouz “glorifiant le christianisme”, selon plusieurs sources.

Qualifiée de “scandaleuse” par beaucoup d’observateurs, cette décision est intervenue à la suite d'une pétition lancée par un groupe d'avocats qui, dans leur texte, avaient exprimé toute leur “réprobation” et leur “indignation” contre la...chaine III qui a diffusé “des hymnes qui glorifient la religion chrétienne”. Une action- que ce soit la pétition ou les sanctions infligées au directeur de radio Cirta FM, qui s'inscrit dans la longue liste des atteintes aux libertés de culte et de conscience, garanties pourtant par la constitution algérienne et qui ne cessent de se multiplier depuis prés de deux ans, autrement dit, depuis l'avènement du Hirak en 2019, où plusieurs militants ont été condamnés à la prison ferme pour avoir porter atteinte à la religion, au prophète ou au coran... en vertu de l'article 144 bis 2.

Vives condamnations sur les réseaux sociaux

Le limogeage du directeur de la radio Cirta FM a soulevé un véritable tollé ce jeudi 14 octobre, notamment sur les réseaux sociaux où les internautes ont vigoureusement condamné cette décision.

“Qu’en est-il des chants et autres symboles religieux diffusés par les chaînes de télévision publiques et privées, par le biais des films et ses documentaires ?”, s'est interrogé Lyes Merabet, président du syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP). Et d'ajouter: “Que fait-on des articles de la Constitution qui garantissent le droit des Algériens à la liberté d’opinion et même à la différence en matière de croyances religieuses ?”.

Pour le vice-président de la ligue algérienne des droits de l'homme (LADDH), Said Salhi, le limogeage de Mourad Boukerzaza est “un scandale”. “La chanteuse Fairouz interdite d’antenne à la Radio Constantine pour sa religion, alors qu’en Algérie il y a toute une communauté chrétienne algérienne qui exerce son culte dans le cadre de la loi”, commente-t-il.

Laissez un commentaire