IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Regain de tensions entre Alger et Rabat: vers la révision des relations avec le Maroc
Publié le : 19 Août, 2021 - 13:10 Temps de Lecture 2 minute(s) 824 Vue(s) Commentaire(s)

Regain de tensions entre Alger et Rabat: vers la révision des relations avec le Maroc

IMG

Les tensions se dégradent entre Alger et Rabat. Elles se sont détériorées particulièrement ces dernières semaines après “les actes hostiles répétées du Maroc à l'égard de l'Algérie”, qui ont conduit à la tenue, d'une réunion “exceptionnelle” du haut conseil de sécurité (HCS), hier (mercredi).

“Les actes hostiles répétés du Maroc à l’égard de l’Algérie ont amené à reconsidérer les relations entre les deux pays et à intensifier la surveillance sécuritaire sur les frontières ouest”, a indiqué la présidence de la République dans un communiqué publié à l’issue de la réunion.

Dans un contexte de tensions croissantes entre les deux pays, l'Algérie accuse le Maroc de “soutien et aide” au MAK (Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie) lequel serait, selon le HCS, le principal instigateur- avec le mouvement islamiste Rachad-, des incendies qui se sont déclarés dans plusieurs wilayas du pays, plus particulièrement Tizi Ouzou mais aussi de l'assassinat de Djamel Bensmail, lynché à mort puis brulé par la foule sur la place publique à Labaa Nait Irathen. C'est pourquoi, l'Algérie envisage sérieusement de “revoir ses relations avec le Maroc”.

“Les actes hostiles continus en provenance du Maroc et de son allié sioniste ont nécessité une révision des relations avec ce pays et l’intensification de la surveillance aux frontières ouest du pays (algéro-marocaines)”, annonce le communiqué du HCS.

Il est à rappeler que les grandes tensions sont en grande partie dues aux dernières sorties médiatiques de l'ambassadeur permanent du royaume chérifien à l'ONU, Omar Hillal, lequel multiplie les déclarations tendancieuses et provocatrices à l'endroit de l'Algérie.

En juillet dernier, le diplomate avait ouvertement plaidé la cause du MAK, en distribuant à tous les pays membres du Mouvement des Non-Alignés, une note officielle sur le soutien du Maroc au droit à l’autodétermination du peuple kabyle qui, selon ladite note, subirait “la plus longue occupation étrangère”.

Mais la guerre froide entre les deux pays voisins, a atteint son paroxysme, le 12 août dernier,soit prés d'une semaine après le discours dit d'“apaisement”du Roi Mohamed VI, à l'occasion de la fête du trône, impliquant cette fois, Israël.

En visite de travail au Maroc, le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, a déclaré avoir évoqué avec son homologue marocain Nasser Bourita, leurs “inquiétudes sur le rôle de l'Algérie en Afrique, son rapprochement avec l'Iran et la campagne qu'elle a menée contre l'admission d'Israel en tant que membre observateur de l'Union africaine”. Une énième sortie qui traduit selon le ministre des affaires étrangères et de la communauté nationale à l'étranger de “sourde volonté d’entrainer Israël dans une aventure hasardeuse dirigée contre l’Algérie”.

Laissez un commentaire