IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Révolution du 22 février, une victoire pour venger l’histoire, par Sofiane Benyounes
Publié le : 26 Décembre, 2019 - 13:30 Temps de Lecture 3 minute(s) 1100 Vue(s) Commentaire(s)

Révolution du 22 février, une victoire pour venger l’histoire, par Sofiane Benyounes

IMG

Abane Ramdane a été assassiné le 27 décembre 1957 car il avait compris que pendant que lui, Ben M'hidi, Amirouche et tous les compagnons de l'intérieur se battaient pour une Algérie libre, un complot se tramait aux frontières Tunisiennes et Marocaines contre la démocratie, la Liberté et l'indépendance. Pendant que l'ALN faisait la guerre au colon Français, l'armée des frontières scellait des alliances avec le colonisateur. Abane Ramdane a été assassiné car il avait compris que seule la primauté du civil sur le militaire pouvait sauver l’Algérie indépendante et la libérer définitivement de la France et de la dictature future qui se préparait déjà à Tunis et à Oujda. Abane Ramdane a été assassiné car il voulait introduire de l'idéologie sur la base d'un minimum consensuel au sein de la Révolution dans le but de poser les fondations d'un État Démocratique, d’une Algérie Moderne, ni orientale ni occidentale, mais une Algérie Algérienne, Républicaine, libre et démocratique.

Le régime de la dictature tente de voler la Révolution du 22 février tout comme l'a fait, hier, l’armée des frontières. C’est la Révolution d'un peuple qui a décidé de vivre libre sans la ISSABA, d'un peuple qui a décidé de construire un État plutôt qu'un système, d’un peuple qui, dans sa grande majorité, est conscient que le défi actuel est de libérer l’Algérie d'un régime corrompu, corrupteur et liberticide. Un Peuple qui a compris que soit "YETNAHAW GA3" soit il continuera à subir l'injustice, le colonialisme politique et l'ingérence étrangère.

Abane Ramdane voulait introduire de l'idéologie mais il s'est vu opposer un "Ce n'est pas le moment". Il résista mais il a fini par être assassiné. On comprend mieux pourquoi dès que l'on veut poser la question du projet de société, le pouvoir, ses relais et certains esprits naïfs nous opposent cette fameuse phrase "Ce n'est pas le moment" qui révèle toute la stratégie de la junte au pouvoir qui consiste à étouffer les vrais débats de société au profit d'une redistribution inégale de la rente. Nous devons bannir les politiques et la logique du système. C'est le peuple seul et sur tout le territoire national qui a décidé d'imposer le débat sans le régime et en dehors du régime.

On se souvient tous de ces discussions publiques qui sont apparues sur toutes les places du pays. Le Pouvoir les a vite réprimé car il a compris que le débat pouvait aboutir au consensus national et à l'émergence d'un projet suicidaire pour lui. À chaque fois que les libertés sont menacées, le débat devient une nécessité.

Si Abane Ramdane n'a pas réussi, c’est parce qu’il a été trahi par les siens. Ne recommençons pas l'échec ! Il est temps pour la société, pour la révolution, pour le peuple de poser les jalons de L'État que nous voulons bâtir, une société juste, une République, une Algérie démocratique ou tous les citoyens quelque soient leur idéologie pourront s'exprimer, où les libertés et les droits seront garantis ou l'élection remplacera la désignation, ou le civil gouvernera le militaire, ou l'alternance remplacera la gouvernance à vie d'un régime qui a favorisé le clanisme, le culte du chef et la soumission plutôt que le Patriotisme. Abane Ramadane a été assassiné. Nous avons une chance historique de le ressusciter en continuant son combat et en gagnant le nôtre. Le combat pour une Algérie Debout, plus jamais au garde-à-vous !

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.