IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Révolution populaire Acte II : Ras de marée dans plusieurs wilayas du pays
Publié le : 22 Février, 2021 - 14:15 Temps de Lecture 2 minute(s) 366 Vue(s) Commentaire(s)

Révolution populaire Acte II : Ras de marée dans plusieurs wilayas du pays

IMG

Les algériens ont célébré le deuxième anniversaire de la révolution populaire ce lundi. Les manifestations ont été marquées par des interpellations, à Alger, Oran et Tiaret notamment.

Ils sont plusieurs milliers d’algériens à être descendus dans la rue, ce lundi, pour célébrer le deuxième anniversaire du soulèvement pacifique du 22 février 2019, qui a renversé Abdelaziz Bouteflika.

Dès les premières heures de la matinée, hommes, femmes, enfants, jeunes et moins jeunes ont battu le pavé à travers une vingtaine de wilayas du pays au moins. «Dawla madaniya, machi Askariya (État civil, non militaire) !», scandaient-ils avant de reprendre le célèbre «tetnahaw Ga3, vous allez tous dégager», qui a marqué le mouvement populaire algérien.

Alger, Béjaïa, Constantine, Annaba, Bouira, Tizi Ouzou, Oran, Sidi Belabbes, Sétif, Tébessa, El Oued , Mila, Laghouat ou encore Tlemcen, les manifestants, révoltés par l’absence de changement, ont scandé des slogans anti-pouvoir et repris le mot d’ordre de la révolution à savoir, le départ du régime.

En effet, en dépit de l’annonce, jeudi dernier, par Abdelmadjid Tebboune de la grâce de certains détenus d’opinion, de la dissolution du parlement, l’organisation de législatives anticipées et d’un remaniement ministériel, les algériens persistent et signent. «Nul ne peut décider à la place du peuple», lit-on sur une des pancartes brandies par les manifestants.

Interpellations à Alger, Oran, Tiaret

Plusieurs militants ont été interpellés par les forces de l’ordre, à Alger-Centre, ce matin, a alerté le comité national pour la libération des détenus (CNLD). Il s’agit, entre autres du coordinateur national du Mouvement démocratique et social (MDS), Fethi Ghares, et de Walid Benhala, membre du bureau national du parti, le militant Abdelwakil Blamm, ainsi que de plusieurs autres activistes venus de Bordj Bou Arreridj pour l’occasion.

Même scénario à Oran, où une dizaine de manifestants a été arrêtée, à Bouira où plusieurs militants ont été interpellés très tôt dans la matinée, alors qu’à Tiaret, les forces de l’ordre ont interpellé 20 manifestants au moins.

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.