IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Slimane Bouhafs et Kamira Nait Sid placés sous mandat de dépôt
Publié le : 02 Septembre, 2021 - 15:00 Temps de Lecture 2 minute(s) 527 Vue(s) Commentaire(s)

Slimane Bouhafs et Kamira Nait Sid placés sous mandat de dépôt

IMG

«Le réfugié politique, Slimane Bouhafs, et la coprésidente du Congrès Mondial Amazigh, Kamira Nait Sid, ont été placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi Mhamed (Alger)», affirme leur avocat, Me Kader Houali, joint par l’Avant-Garde Algérie. Et d’ajouter : «Les deux militants ont été transférés à la Prison de Koléa.»

Me Kader Houali confie que six chefs d’inculpations ont été retenus par le juge d’instruction contre Slimane Bouhafs, contre huit pour Kamira Nait Sid. Comme tous les militants arrêtés en Kabylie ces derniers semaines, il y a l’accusation liée à l’article 87 du code pénale qui fait référence à «l’appartenance à un groupe terroriste». Il n’y a qu’en Algérie qu’on accuse des militants démocrates, progressistes, laïcs et pacifiques de *«terroristes» !

Pour rappel, Slimane Bouhafs, 54 ans, réfugié politique en Tunisie depuis 2018, a été kidnappé par trois individus, le 25 août dernier, de son quartier tunisois El Tahrir (Haï El Tahrir). Depuis, aucune nouvelle de lui, jusqu’au 29 août dernier, où plusieurs sources concordantes ont affirmé pour l’avant-Garde Algérie qu’il a été extradé vers l’Algérie et placé en garde à vue dans un commissariat d’Alger. Placé sous la protection du bureau de l’Agence des Nations Unis pour les réfugiés (UNHCR) à Tunis, son extradition vers l’Algérie, pays qu’il a fuit après avoir été condamné en 2016 à «trois ans de prison ferme» et emprisonné arbitrairement pour des écrits sur les réseaux sociaux, constitue un fait très grave pour la Tunisie.

Quant à Kaima Nait Sid, elle a été kidnappée près de chez elle à Draâ Ben Khedda ( Tizi-Ouzou), le 24 août dernier, et n’a pas donné signe de vie pendant plusieurs jours. Ce n’est qu’après trois jours de son kidnapping que son frère, Amar, a appris de sources non concordantes qu’il se pourrait qu’il était placé en grade à vue à Alger, ce qui était le cas.

L’affaire des deux militants n’est qu’à ses débuts. Me Houali affirme qu’elle est en instruction.

Laissez un commentaire

S'abonner à notre Bulletin d'Informations

Chaque week-end, recevez le meilleur de l'actualité et une sélection d'événements en vous inscrivant à notre bulletin d'informations.