IMG-LOGO
Accueil À la Lutte Yacine Mebarki condamné en appel à une année de prison ferme
Publié le : 25 Novembre, 2020 - 12:30 Temps de Lecture 2 minute(s) 399 Vue(s) Commentaire(s)

Yacine Mebarki condamné en appel à une année de prison ferme

IMG

*Cette décision «arbitraire» et «injustifiée»* a suscité la colère et l’indignation de la famille et les proches du détenu. Un sentiment partagé par les militants et amis de Yacine Mebarki, rassemblés à proximité du palais de justice de Khenchela.***

La sentence est tombée : «une année de prison ferme et une amende de 50 000 Da» prononcée par la Cour d’appel de Khenchela, ce mercredi 25 novembre 2020, contre le militant Yacine Mebarki, pour les accusations d’«offense aux préceptes de l’islam, incitation à la discrimination et possession sans autorisation de matériel de guerre», indique l’un de ses avocats, Me Ramzi Chekhab, joint par l’Avant-Garde Algérie. Le militant a, par ailleurs, été relaxé de l’accusation d’«incitation d’un musulman à se convertir à une autre religion et distribution de documents qui visent à ébranler la foi d’un musulman» ainsi que de «profanation du Saint Coran»*.

Lors du procès du 11 novembre dernier, le procureur de la République avait requis «la confirmation de la peine», prononcée en première instance contre le militant. Il avait également fait appel de la relaxe pour l’accusation «profanation du saint coran».

Condamné par le tribunal correctionnel de Khenchela, le 8 octobre dernier, à une peine de «dix ans de prison ferme et une amende de 10 000 000 DA», soit 1 milliard de centimes, le militant de la cause Cahouie et Amazigh, a été reconnu coupable d’«offense aux préceptes de l’islam (article 144 bis 2 du code pénal), profanation du Livre sacré (article 160), incitation à la discrimination (art. 295 bis), incitation d’un musulman à se convertir à une autre religion et distribution de documents qui visent à ébranler la foi d’un musulman (article 11 par. 1 et 2 de l’ordonnance 06-03 fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulmans) et possession sans autorisation de matériel de guerre (article 31 de l’ordonnance 97-06 relative aux matériels de guerre, armes et munitions)». Le parquet, lui, avait réclamé lors du procès qui a eu lieu le 6 octobre, «huit ans de prison ferme».

L’activiste a, pour rappel, été arrêté le 30 septembre 2020, après perquisition de son domicile, sur ordre du procureur de la République, permettant de «découvrir des livres religieux, des livres d’histoires et le saint coran, appartenant à son grand-père dont une feuille était arrachée, à cause de son ancienneté.»

Laissez un commentaire